Grand Projet

 Alès en Commun

2020


 

Après avoir pris le temps de la réflexion en commun, tout l’enjeu de ce GRAND PROJET EN COMMUN 2020 est de mettre en oeuvre la transformation sociale, économique et écologique indispensable pour adapter Alès au monde qui vient et pour que les Alésiens les fragiles en difficulté, ainsi que nos jeunes, ne soient plus les victimes du triple décrochage en cours : territorial, socio-économique et scolaire..


 

Notre GRAND PROJET ALES EN COMMUN forme un ensemble de propositions cohérentes et systémiques pour changer Alès et son Agglomération. Ce que nous proposons est le fruit d’une compréhension en profondeur à la fois de la crise durable dont Alès n’arrive pas à se sortir et à la fois des signaux que nous lancent l’avenir et qui sont une véritable chance, voire une aubaine historique, pour Alès. Ces nouvelles opportunités qui ouvriront une nouvelle ère pour Alès s’appellent Ecologie, Education, Démocratie locale réinventée, Culture, Numérique, Tourisme, etc. 

 

ALES EN COMMUN propose à ses électeurs d’agir sur deux axes stratégiques pour redonner des perspectives d’avenir à tous les Alésiens. 


 

PREAMBULE FINANCIER ET BUDGETAIRE : Toutes les propositions présentées ci-dessous représentent des investissements et des coûts de fonctionnement que nous avons évalués en fonction des capacités budgétaires de notre commune (et d”Alès Agglomération pour les grands projets intercommunaux). Dès notre élection, nous diligenterons un grand audit des comptes communaux et établirons un état des lieux après 25 années sans alternance. Une bonne partie de nos propositions d’investissement, qui se réaliserons en commun avec les Alésiens, sont innovantes et dans “l’air du temps” parce que nous nous sommes fixés un principe fondamental ; aucun investissement ne sera déclencher tant qu’il n’atteindra pas le seuil des 50% de concours financiers extracommunaux. La Capacité d’AutoFinancement (CAF), que dégage actuellement la commune d’Alès, ne doit plus servir des dossiers mal portés, mal montés et inadaptés aux critères européens, nationaux, régionaux et départementaux !


 

RECREER DE L’ACTIVITE ET DE L’EMPLOI GRACE AUX NOUVEAUX VECTEURS DE CROISSANCE 

 

L’emploi public et les grandes surfaces commerciales ne peuvent plus représenter l’avenir du travail sur notre ville. La chance d’Alès est de disposer d’atouts géographiques et historiques qui peuvent la mettre en capacité de saisir ces courants porteurs de modernité, comme l’ont été la soie et le charbon à l’époque.



 

L’EMPLOI PAR LA FORMATION 

 

A quoi cela sert d’attirer des entreprises industrielles à grands renforts d’argent public si cela génère du chômage supplémentaire et ne profite pas aux Alésiens ?

 

  • Création de l’UNIVERSITE DES CEVENNES, établissement multi-lieux d’un type nouveau,  qui regroupera toutes les formations post-bacs adaptées à la demande industrielle locale, la formation continue, “l’Université Populaire”,  Cours en ligne (MOOC), etc.

  • Faire de l’Apprentissage, du CAP au diplôme d’Ingénieur, le fer de lance de la formation initiale des jeunes Alésiens. Le logement, les énergies renouvelables, , l’écologie, les nouvelles mobilités et la nouvelle agriculture seront prioritaires.

  • Développement d’une grande filière numérique de la base (école Simplon et autres) au sommet (IMT).

L’EMPLOI PAR L’ENTREPRENEURIAT

 

Entreprendre ne se décrète pas ! Nous souhaitons créer tout un écosystème propice pour insuffler partout l’esprit d’entreprise.

 

  • GARDON VALLEY : création d’un Grand Pôle de développement de Start-up numérique et particulièrement les GreenTech (technologies vertes) et une terre d’accueil des télétravailleurs et des développeurs (si possible formés sur Alès !)

  • L’Ecole des Mines (IMT) doit retrouver sa vocation “d’ingénieur-entrepreneur” et devenir un acteur territorial majeur, notamment en matière d’innovation numérique et de “révolution énergétique et constructive”, notamment des bâtiments.

  • Création d’un espace de co-working créatif et d’auto-entrepreneuriat au centre-ville d’Alès (en lieu et place des Arcades).


 

L’EMPLOI PAR L’INDUSTRIE

 

Même si le secteur industriel ne représente plus qu’environ 10% du bassin alésien, l’esprit industriel et ses savoir-faire doivent trouver une voie d’expression. 

 

  • La Collectivité doit se mettre en ordre de marche pour conquérir pro-activement une nouvelle locomotive industrielle. Comme Borloo à Valenciennes, cela passe par une nouvelle attractivité alésienne (offre éducative, culturelle, touristique, qualité de vie…)

  • Profiter des nouvelles tendances aux relocalisations industrielles pour valoriser nos atouts territoriaux et attirer des entreprises créatrices d’emplois en relation avec nos valeurs.


 

L’EMPLOI PAR L’INITIATIVE PUBLIQUE 

 

  • Pour les plus jeunes (16 à 30 ans) : créer des Brigades de Service Civique dédiés au Bien Commun (écologie, développement durable, économie circulaire, débroussaillage anti-incendie, entraide intergénérationelle, secours, entraide aux devoirs, sécurisation des abords des écoles, solidarité…)

  • Dans le futur Bio-Quartier des Prés Saint-Jean, création d’une ferme municipale destinée à alimenter une cuisine centrale (cantines scolaires, maisons de retraite, Ephad, repas à domicile…) de produits locaux et bio.

  • Transformer le parc immobilier communal en modèle écologique et énergétique, en commençant par les établissements scolaires.


 

  • Dans le cadre de la compétence touristique et culturelle d’Alès Agglomération, création de 6 pôles d’attractivité majeurs, créateurs d’emplois artisanaux, artistiques et d’accueils :  

  1. FORT VAUBAN: Transformation de ce fleuron patrimonial en un Centre d’Art et de Culture (regroupement des deux musées du Colombier et PAB et création d’un haut-lieu de l’histoire camisarde et huguenote) et l’été, création d’un grand spectacle historique autour des camisards (cf. Puy-du-Fou)

  2. Mine-Park : au delà de la simple restauration de la Mine-Témoin, création du MINE-PARK, véritable parc d’attraction dédié à la mémoire des mineurs alésiens, à l’éducation (visite immersive et réalité augmentée), à la culture et au tourisme. Nous y intégrerons le Musée minéralogique, laissé dans l’oubli à l’Ecole des Mines.

  3. Création du CAMP DE CESAR : en relation avec CultureEspace (gestionnaire des Arènes de Nîmes), le but de ce parc d’attraction gallo-romain est d’attirer des touristes dans le cadre gardois d’un “triangle romain” (Nîmes, Pont du Gard et Alès Agglomération).

  4. Développement du Pôle Euro-Méditerranéen de la Figue, à Vézénobres.

  5. Création d’un camping avec complexe aquatique ouvert, à la place du projet de Golf à St Hilaire-de-Brethmas.

  6. Au Parc des Expositions de Méjannes-les-Alès, construction d’une Grande Salle de concert de 2 500 places, modulable et adaptable pour les autres grands événements traditionnels aux Parc des Expos pour profiter des parkings et de l’espace existant (stop aux bitumage et bétonnage et autre artificialisation des sols !)


 

“TERRITOIRE 0 CHOMEUR”

 

Dans le cadre du dispositif national “Territoire 0 chômeur”, création d’une grande “Entreprise à But d’Emplois (EBE) destinée à auto-financer la remise en activité professionnelle des Alésiens les plus éloignés de l’emploi. A vocation écologique et alimentaire ou dans le cadre de l’Economie Sociale et Solidaire ESS), ces emplois rempliront des tâches utiles et productives pour toute la collectivité (écologie,  économie circulaire, recyclerie, production alimentaire, agriculture, débroussaillage, bricolage, espaces verts et travaux au sein de la grande ferme municipale, etc.)


 

MISE EN PLACE D’UN CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL LOCAL 

 

Ce conseil de 100 personnalités alésiennes, dont la moitié sera tirée au sort, inspirera et contrôlera en toute transparence et en toute indépendance les décisions municipales et les finances communales.



 

RENDRE LA VILLE D’ALES PLUS JEUNE, PLUS SOLIDAIRE, PLUS VERTE ET PLUS ATTRACTIVE


 

L’attractivité ne se décrète pas à coups de communication bling-bling, elle se construit en se mettant à l’écoute des aspirations qui sont en train de restructurer en profondeur nos sociétés et nos économies. Or, l’attractivité que ALES EN COMMUN veut mettre en oeuvre, rejoint l’enjeu de qualité de vie de tous les Alésiens ! L’écologie n’a pas besoin d’être répétée à chaque phrase puisque, pour nous, elle est évidente, sous-jacente ou transversale à presque toutes nos propositions.


 

REMETTRE LE GARDON AU CENTRE 

 

Historiquement, “Alais” s’est bâtie sur la rive gauche du Gardon, à l’abri derrière ses remparts. Or, avec le temps, Rochebelle, le Faubourg du soleil, puis toute la partie nord et sud, de la rive droite du Gardon s’est construite “au fil de l’eau”, offrant une certaine “centralité” au Gardon. C’est pourquoi nous proposons une nouvelle vision urbanistique d’Alès dans laquelle le Gardon et ses rives deviendront une nouvelle source d’attraction  pour Alès.

 

  • Sachant que Alès est la seule ville importante que baigne le Gardon, nous proposons que notre ville en assume plus grandement les responsabilités en terme de gestion écologique et hydrologique (crues, sécheresse), ainsi que ses retombées positives.

  • Organisation d’une grande concertation “GARDON EN COMMUN”, avec les riverains en amont et en aval de la rivière (agriculteurs, citoyens, ingénieurs, experts...)

  • Ouvrir largement et rendre accessibles les deux rives d’Alès sur le Gardon, avec nombre d’aménagements et d’activités à imaginer en commun ! A terme, nous repenserons le parking du Gardon qui pose un problème majeur d’esthétique urbaine en ce lieu central d’Alès.


 

MIEUX ORGANISER LA VILLE EN SPECIALISANT SES ESPACES

 

L’anarchisation urbanistique d’Alès ne peut plus durer ! Aussi, nous proposons d’offrir une plus grande lisibilité des différents espaces urbains. 

 

  •  Le BIO-QUARTIER DES PRES SAINT-JEAN : Sur les 7 hectares libérés par la déconstruction, création d’une ferme potagère (municipal, comme à Mouans-Sartoux)), 100% bio et expérimentale des nouvelles techniques culturales, comme la permaculture ou l’agroforesterie. Le Bio-Quartier sera le lieu d’administration du “Pôle Alimenterre”,  dont l’objectif sera de relocaliser des productions agricoles, de tendre vers l’autosuffisance alimentaire et bio et de développer des filières à fort potentiel : châtaigne, olive et figue.

  • L’ECO-QUARTIER DE LA GARE : construction d’un éco-quartier futuriste, conquis sur les friches ferroviaires, selon des procédés constructifs et productions d’énergie  innovants. Au coeur de ce nouveau quartier, implantation du Centre du Réchauffement Climatique et de l’Eco-Transition (guichet unique dédié à l’éco-révolution du bâti) et de la Maison du Service public (en remplacement de la Mairie prim’). Hightech et Accessible, c’est depuis cette nouvelle éco-mairie que nous expérimenterons la 1ère MAIRIE-A-DOMICILE de France à destination des personnes à mobilité réduite ! A côté de la gare, ouverture du Pôle d’échanges multimodaux destiné à promouvoir les nouvelles mobilités douces.

  • Le TIERS-QUARTIER DE TAMARIS : Revalorisation des friches industrielles en tiers-lieu dédié à la créativité et particulièrement à la création musicale et cinématographique. Véritable “village d’artisans d’art et d’artistes”, le tiers-quartier de Tamaris abritera un studio d’enregistrement, des résidence d’artistes et une Scène des Musiques Actuelles de 800 ou 1000 places (dans le cadre de la création de la SMAC des Cévennes). Avec Rochebelle et le centre-ville (Fort Vauban, Cineplanet, Cratère, etc.), ce Tiers-Quartier formera une sorte de triangle culturel alésien. Parallèlement, des équipements destinés aux sports urbains et un skate-park seront mis en place dans ce même quartier. 


 

TROUVER UN NOUVEAU PARTAGE DE L’ATTRACTIVITE ENTRE LE COEUR DE VILLE ET LES GRANDES SURFACES COMMERCIALES PERIPHERIQUES 

 

Etant donné les habitudes de consommation et l’offre commerciale (alimentaire et de consommation courante) désormais en périphérie d’Alès, nous proposons que le coeur de ville d’Alès redevienne le coeur d’une nouvelle attractivité fondée sur notre identité et nos valeurs locales.

 

  • Arrêt de toute extension commerciale excentrée

  • Donner une orientation d’excellence et d’originalité à une offre commerciale renouvelée où l’on doit sentir battre le coeur d’Alès et des Cévennes. Les restaurants et les “concepts-stores” seront encouragés, comme les “boutiques éphémères” en lieu et place des magasins vacants. 

  • Grâce à une nouvelle politique marketing et un nouveau management de centre-ville (comme à Arras), proposer un zonage indicatif des différentes offres commerçantes (par exemple : Rue Mandajors spécialisée en restaurants)

  • A côté du cinéma Cineplanet et des spectacles de qualité de la scène nationale du Cratère, nous complèterons l’attractivité culturelle du centre-ville en transformant le FORT VAUBAN en un Centre d’Art et de Culture, dont les thématiques proposées (cf. plus haut) visent un grand nombre de touristes potentiels à fort pouvoir d’achat de qualité..

  • Travail marketing sur l’organisation, la lisibilité et la communication des grands événements alésiens, comme le Festival Itinérances, Les Fous Chantants, la Féria d’Alès, le Semaine cévenole, Estiv’Alès… avec l’idée d’avoir davantage d’animations festives ou commerciales pour faire revenir les populations au centre-ville.

  • Côté stationnement et rotation, qui sont deux grandes questions inhérentes à l’activité commerciale : modernisation technologique et simplification tarifaire

(1 Heure réellement Gratuite partout dans le centre-ville et totalement gratuite ailleurs, y compris pour le parking face au Lycée JBD et le parking du Gardon)

  • Création en commun avec les habitants d’un vaste programme de revégétalisation et de plantation d’arbres, notamment fruitiers, pour rendre la ville climatiquement plus vivable.

  • Transformation du projet de “Maison de l’Economie” en siège de la future Université des Cévennes (cf. plus haut). Les étudiants, en occupant des logements (incitation forte à rénover), contribueront à ranimer le coeur de ville.

  • Mise en place d’un NOCTAMBUS, c’est à dire un bus permettant à tous les Alésiens, même excentrés, de sortir jusqu’à minuit les Vendredis et Samedis soir. 

  • Mise en place d’une Navette gratuite supplémentaire afin que soit enfin desservies toutes les zones géographiques d’Alès. 



 

POUR UNE VILLE PLUS INCLUSIVE, PLUS PROPRE, BIENVEILLANTE ET SECURISANTE

 

  • La sécurité des personnes et des biens renforçant la présence policière dans les rues et la vidéosurveillance (optimisation des données et des analyses). 

  • “TOLERANCE ZERO” sur la délinquance et lutte contre le trafic de drogue qui minent nos quartiers.

  • Développement d’une application smartphone destinée à signaler en temps réel et à géolocaliser les déchets sauvages, les tags, les incivilités ou le vandalisme, ainsi que les incidents (des brigades dédiées interviendront alors rapidement).

  • Création de MAISONS DE SANTE regroupant, en un seul lieu accessible aux personnes en situation de handicap, médecins (parfois salariés de la collectivité pour lutter contre l’avancée des déserts médicaux), pharmacie et autres professions médicales ou paramédicales. La Maison de Santé du centre-ville prendra la suite du bâtiment actuel de la sécurité sociale des houillères.

  • Le 0 déchets, le 0 pesticides et le 0 carbone, ainsi que la réutilisabilité, deviendront des critères présents systématiquement pris en compte pour toutes les décisions publiques.

  • Sans un changement de notre regard sur le bien-être animal et sur environnement, notre relation à autrui sera toujours compliquée. C’est pourquoi, nous prendrons la décision hautement symbolique d’arrêter les mises à mort des taureaux lors de la Corrida d’Alès. Notre GRANDE FERIA DE TRADITION CAMARGUAISE sera plus que jamais une grande fête populaire. Un autre Arrêté municipal interdira la présence d’animaux sauvages dans les cirques. Contre la prolifération des chats errants, des campagnes de stérilisation auront lieu régulièrement. Concernant les abattoirs, qui sont un gouffre d’image et d’argent public, nous en assurons une gestion améliorative quant à la souffrance animale comme budgétaire.


 

LA JEUNESSE : LA PRIORITE DES PRIORITES

 

  • Dès notre entrée en fonction, nous organiserons une grande réflexion en commun avec tous les acteurs de l’éducation, les parents d’élèves, les associations pour élaborer un PLAN EDUCATIF LOCAL, dont le but sera de sortir Alès du décrochage scolaire et d’offrir de nouvelles perspectives de réussite à tous les jeunes alésiens.

  • Nous libérerons les initiatives et les expérimentations pédagogiques, notamment en relation avec l’écologie et le numérique, afin que tous les enfants trouvent leur voie et leur épanouissement.

  • Mise en place d’un PASS’SPORT et d’un PASS’CULTURE en relation avec toutes les associations alésiennes et environnantes, destinés à rendre accessibles le sport et la culture à tous nos enfants (comme ce fut autrefois la tradition sur Alès !).

  • En lien avec l’UNICEF, le programme éducatif de l’UNESCO et le Ministère de l’Education, nous viserons le label d’excellence “CITES EDUCATIVES”

  • Politique de l’adolescence innovante et créative à élaborer en commun avec les jeunes, avec financement participatif de projets.

  • Pour les jeunes volontaires de 16 à 30 ans : création des Brigades de Service Civique dédiés au Bien Commun (écologie, développement durable, économie circulaire, débroussaillage anti-incendie, entraide intergénérationelle, secours, entraide aux devoirs, sécurisation des abords des écoles, solidarité…).

  • Dès le plus jeune âge, éducation aux enjeux et aux gestes écologiques (compost, déchets, recyclage, économies d’énergie, etc.).  

  • Mise à disposition d’un Numéro Vert et d’un Groupe Facebook dédiés à la prévention des conduites à risques et à l’écoute des adolescents.